Questions fréquentes

Les funérailles

À quoi sert l’exposition ?

L’exposition du corps ou des cendres est un moyen pour les personnes de dire adieu à leur proche défunt. C’est un rituel funéraire qui donne l’occasion aux amis de venir témoigner leur sympathie à la famille. L’exposition demeure un choix personnel à chacun.

Combien de temps dure une exposition ?

Une exposition dure le temps que la famille le désire. Généralement, la durée d’exposition est d’une demi-journée, une journée ou deux jours. Il est aussi possible d’exposer une heure avant le service religieux.

Depuis quand l’Église catholique autorise-t-elle que la cérémonie religieuse se déroule en présence de l’urne contenant les cendres ?

Depuis 1985.

Depuis quand l’Église catholique permet-elle la crémation ?

Depuis 1963.

Doit-on emmener ses enfants aux funérailles ?

     Les parents hésitent souvent à emmener leurs jeunes enfants aux funérailles d'un proche. D'une part, ils craignent que cette cérémonie d'adieux bouleverse trop l'enfant qui, bien souvent, n'a qu'une perception approximative de la mort. D'autre part, il se peut que l'enfant ne comprenne pas trop ce qui se passe autour de lui et se mette à chanter ou à parler plus fort qu'il est d'usage en de telles circonstances.

     Réglons d'abord la première question : il est généralement admis que les enfants ont une vague idée de la mort dès l'âge de trois ans. Évidemment, il faut s'attendre à une avalanche de questions lors de la cérémonie et durant les semaines qui suivent. Le mieux à faire est de répondre le plus honnêtement possible dans la mesure de sa propre compréhension de la mort. Plus tard, vers cinq ans, l'enfant prendra conscience du caractère irréversible de la mort, c'est-à-dire qu'il comprendra qu'il ne reverra plus jamais la personne décédée.

     Quant à la seconde inquiétude, il n'est pas rare que l'enfant se sente étranger au protocole des funérailles et qu'il affiche quelques signes d'impatience. Mais règle générale, les gens affligés de la perte d'un être cher se montrent compréhensifs dans cette situation et ne peuvent qu'apprécier que la vie puisse ainsi continuer de s'exprimer.

     Les enfants ne peuvent être indéfiniment mis à l'écart de tout ce qui entoure la mort et leur participation aux rites ne peut que les éveiller à cette réalité.

Est-il possible d'avoir des funérailles le dimanche ?

Depuis quelques années, le monde funéraire ajuste ses pratiques pour les rendre plus contemporaines. Autant dans sa forme que dans son déroulement, des changements sont en cours au bénéfice de la clientèle. L'augmentation du nombre de décès, l'arrivée de nouvelles cérémonies d'adieu et la distance qui sépare les familles font en sorte que les funérailles le dimanche sont de plus en plus présentes dans les offres de service des coopératives funéraires.

Dans le respect des structures actuelles, nous sommes appelés à créer des partenariats avec le clergé, les diacres et les agents de pastorale, de manière à répondre aux besoins de la population, incluant les générations plus jeunes qui ont des attentes et des particularités différentes.

     De nouvelles formules alternatives doivent ainsi être envisagées, afin d'éviter les engorgements du samedi. Il ne serait pas surprenant de voir apparaître à court terme une formule où il serait possible d'offrir ses condoléances au salon de 14 h à 16 h un jour de semaine, suivi d'une cérémonie funéraire et d'un repas. Cette ouverture conviendrait sans doute mieux aux personnes qui sont sur le marché du travail et qui se voient refuser les funérailles le samedi, faute de disponibilité.

     En conclusion, le dimanche est une option qui offre des possibilités intéressantes, mais n'oublions pas les autres jours de la semaine qui offrent aussi de belles opportunités.

Où peut-on disposer des cendres du défunt ?

Elle est bien révolue l’époque où il n’y avait pas d’autre option que la mise en terre au cimetière pour trouver le repos éternel.

     Pour toutes sortes de raisons, de plus en plus de gens demandent, dans leurs dernières volontés, que leur corps soit incinéré dans un crématorium, une pratique admise par l’Église catholique en 1963. Depuis 1985, elle autorise également que la cérémonie religieuse se déroule en présence de l’urne contenant les cendres.

     Selon la volonté du défunt ou de sa famille, ces cendres peuvent être mises en terre au cimetière ou disposées à quelqu’autre endroit riche de significations pour le disparu. On peut, par exemple les placer au pied d’un arbre qu’il chérissait particulièrement ou les disperser dans une rivière près de laquelle il a grandi.

     Les cendres peuvent être déposées dans une urne que la famille pourra garder à son domicile ou être conservées dans un columbarium. Le columbarium est ni plus ni moins qu’un cimetière intérieur où les cendres des disparus reposent dans des compartiments individuels appelés niches. Comme il s’agit de lieux propices au recueillement, les proches peuvent s’y rendre à tout moment pour saluer le disparu.

     Qu’importe votre choix, il est préférable de discuter avec vos proches de vos volontés de fin de vie.

     Car si la mort appartient à chacun, la douleur de perdre un proche incombe davantage à ceux qui restent. Votre conseiller funéraire pourra également vous présenter les options qui s’offrent à vous, dans le respect de vos choix.

Peut-on effectuer soi-même le maquillage d'un défunt ?

La plupart des gens ne savent pas qu'ils peuvent procéder à une partie de la toilette mortuaire. Il faut dire que normalement, la préparation du corps est faite au laboratoire par le thanatopracteur. Mais dans certains cas, il y a des exceptions. Par exemple, certaines religions exigent que la dernière toilette soit faite par des membres de leur communauté ou par la famille à partir de rituels bien précis. Dans ce cas, les gens viennent préparer la dépouille directement au laboratoire.

     Au-delà de ces exceptions, un faible pourcentage des familles demandent de procéder elles-mêmes au maquillage et à la coiffure lorsqu'il y a exposition du corps. D'emblée, les coopératives funéraires sont très ouvertes et accordent leur soutien à chacune des étapes. Le corps est alors placé dans le cercueil ou sur une table de service. Bien sûr, l'embaumement et l'habillement ont déjà été faits. Cette pratique est encouragée car elle permet aux proches qui le désirent de prendre soin une dernière fois de l'être aimé. Cela ne peut qu'aider à bien amorcer le processus de deuil.

     Cependant, ceux qui ne se sentent pas à l'aise avec une telle démarche ne doivent pas hésiter à fournir le plus d'information possible sur la façon dont la personne se coiffait, la couleur de sa teinture, et le maquillage qu'elle utilisait, car sans indication, tout se fait un peu au hasard. Choisir la couleur du rouge à lèvres peut s'avérer une tâche compliquée quand on pense aux multiples teintes qui existent. Pour un meilleur résultat, il est suggéré d'apporter le maquillage de la défunte. Le fait d'avoir son vernis à ongles, son rouge à lèvres ou son fond de teint aide à rendre un visage beaucoup plus familier. Une touche du parfum préféré de la défunte peut même être vaporisé avant l'exposition du corps. C'est un geste simple qui apporte un certain réconfort.

Pouvons-nous disperser les cendres du défunt ?

Aucune loi n’indique la façon de disposer des cendres d’un défunt. Il est donc possible de disposer des cendres n’importe où selon la volonté du défunt ou de sa famille, sauf où cela est contraire aux réglementations municipales.

Questions administratives

Combien coûte une inhumation ?

Les coûts varient d’un cimetière à l’autre. En plus du coût du lot, il faut prévoir le monument, la gravure et l’excavation (le creusage de la fosse).

La preuve de décès : il en existe trois espèces, lesquelles ?

- La copie de l'acte de décès (copie conforme à l’acte de décès).
- Le certificat (comprenant le nom et le sexe du défunt ainsi que la date, l’heure et le lieu du décès).
- L’attestation (mentionnant la présence ou l’absence d’un acte ou d’une mention apportée à l’acte de décès).

Pourquoi faire un testament ?

Cela vous permet de décider vous-mêmes de la répartition de vos biens après la mort.

     Lorsqu'il n'y a pas de testament, la loi prévoit le partage de la succession entre les héritiers légaux. Le patrimoine familial revient pour une moitié au conjoint survivant et, pour l’autre moitié, il est distribué selon les règles du Code civil aux héritiers légaux. Il est donc nécessaire de faire un testament si vous voulez disposer de vos biens après votre mort d'une façon différente de celle prévue par le Code civil. De plus, un conjoint de fait ne peut hériter de son partenaire à moins que ce dernier l’ait désigné dans son testament.

     Le droit québécois en admet trois formes de testaments, lesquels ?

     1. Le testament notarié : ce testament est reçu devant un notaire et un témoin et, dans certains cas, devant un notaire et deux témoins.

     2. Le testament olographe : ce testament doit être écrit en entier par le testateur et signé par lui, autrement que par un moyen technique. Il ne requiert aucun témoin. Il doit être homologué par la Cour suite au décès.

     3. Le testament devant témoins : ce testament ne doit pas être nécessairement écrit de la main du testateur (par exemple, on peut le dactylographier), mais il doit être signé par lui ou par une tierce personne pour lui, en sa présence et selon ses instructions. Le testateur doit déclarer que le testament est le sien en présence de deux témoins répondant à certaines exigences. Ces témoins doivent également signer le testament en présence du testateur.

Quelles sont les conditions pour établir un testament biologique ?

- Avoir plus de 14 ans.
- Agir en toute liberté (sans pression ou menace).
- Être lucide et suffisamment informé au moment de la rédaction du testament biologique.

Quoi faire en cas de décès ?

Il est toujours préférable de planifier ses volontés funéraires. Mais dans le cas où rien n’a été fait, la première chose à faire est de contacter sa coopérative funéraire. Cette dernière rend tous les services professionnels pour disposer de la dépouille et s’occupe des formalités légales se rattachant au décès. Sur place, un conseiller est formé pour répondre à toutes les questions et à guider les gens dans les différentes démarches reliées au décès.

Qu’est-ce que le testament biologique ?

C’est un document par lequel une personne exprime sa volonté, par rapport au soin de traitement médical qu'elle aimerait ou non recevoir, advenant le cas où elle serait gravement malade et incapable de manifester ses choix face à la fin de sa vie. Le testament biologique n'a pas de valeur contraignante mais plutôt une valeur indicative.

Questions générales

À quoi sert une urne cinéraire ?

L’urne cinéraire est un contenant dans lequel seront disposées les cendres d’une personne. Le choix d’une urne cinéraire est également personnel. Les urnes se présentent sous différentes formes et à divers prix. Il y a l’urne traditionnelle en bois, en marbre ou en granit, les pendentifs et les reliquaires. Un pendentif est un bijou qui peut contenir des cendres suspendu à une chaîne de cou. Un reliquaire est un objet plus petit qu’une urne destiné à contenir les cendres. Il est possible de conserver l’urne chez soi, de la faire inhumer au cimetière ou de la déposer dans un columbarium.

Combien coûte la location d'une niche dans un columbarium ?

Chaque columbarium a sa politique de prix. Il n’y a pas de standard de prix. Habituellement, une niche à la hauteur des yeux sera plus onéreuse qu’une niche à la hauteur du plancher. Certaines maisons funéraires permettent aux familles de déposer des objets dans la niche, d’autres ne le permettent pas.

Qu'est-ce qu'un caveau ?

Le caveau est une construction souterraine qui est pratiquée dans une église ou un cimetière et qui sert de sépulture.

Qu'est-ce qu'un registre de famille ?

Le registre de famille est une liste des biens et des renseignements personnels. Il permet de faciliter les démarches du liquidateur après le décès. Le réseau des coopératives funéraires a produit un fascicule, À ma postérité, qui permet de consigner ces informations. Informez-vous auprès de votre coopérative funéraire.

Qu'est-ce qu'un reliquaire ?

Le reliquaire est plus petit qu'une urne et est destiné à recevoir des cendres ou des objets signifiants.

Qu'est-ce qu'une épitaphe

C'est une inscription funéraire gravée sur une pierre tombale ou un tombeau. Elle sert à donner quelques indications sur le défunt et à laisser un court message d'adieu.

Qu'est-ce qu'une sépulture ?

Une sépulture est un endroit où repose le corps d’une personne décédée.

Qu'est-ce qu'une stèle

C'est un monument funéraire formé d'une pierre placée debout, destinée à recevoir des inscriptions et des dessins ornementaux.

Qu'est-ce que la thanatopraxie ?

La thanatopraxie consiste en un ensemble d’opérations nécessaires à la réalisation d’un embaumement. L’embaumement, qui a pour but de conserver le corps de la personne décédée en vue de l’exposition, consiste à arrêter la dégradation du corps en injectant dans les tissus des fluides préservateurs.

Quoi faire dans le cas d’un décès à l’étranger ?

La première chose à faire est de contacter sa coopérative funéraire. C’est elle qui s’occupera du rapatriement du corps.

Qu’est-ce que la crémation ?

La crémation est le procédé par lequel le corps du défunt est réduit à l’état de cendres par incinération.

Qu’est-ce qu’un charnier ?

Un charnier est l’endroit où l’on entrepose les cercueils quand le sol est gelé en attendant la mise en terre printanière. C’est une bâtisse non isolée située sur le cimetière, érigé sur du béton, qui sert à conserver les corps au froid. De quatre à huit cercueils peuvent y être entreposés.

Qu’est-ce qu’un columbarium ?

Le columbarium est l’ensemble de compartiments appelés niches où sont déposées les urnes cinéraires. Un columbarium forme habituellement un mur ou une partie d’un mur à l’intérieur d’un bâtiment. Un columbarium peut également être extérieur. Habituellement, les columbariums sont la propriété des cimetières ou des maisons funéraires.

Qu’est-ce qu’un crématorium ?

C’est l’endroit où se font les crémations.

Qu’est-ce qu’un mausolée ?

C’est un bâtiment dans lequel sont disposés des columbariums et des cryptes (enfeus).

Qu’est-ce qu’un thanatologue ?

Aussi appelé directeur de funérailles, le thanatologue est la personne qui agit auprès des gens ayant subi la perte d’un être cher.

Qu’est-ce qu’une crypte ?

Aussi appelé un enfeu, c’est un emplacement à l’intérieur d’un mausolée dans lequel il est possible de déposer le corps d’une personne dans son cercueil. Ce type de sépulture remplace l’inhumation traditionnelle.

Qu’est-ce qu’une fausse tombe ?

Une fausse tombe ou une voûte est un contenant scellé dans lequel le cercueil est déposé pour le protéger.

Qu’est-ce qu’une niche ?

La niche est l’emplacement destiné à recevoir l’urne dans un columbarium.