Jean-Pier Gravel – Pour le meilleur

Muni de son bâton de pèlerin, l’animateur, chroniqueur et auteur Jean-Pier Gravel s’est donné pour mission de rechercher dans tous les recoins du Québec des parcelles de bonheur. On se doute bien que le sujet n’a pas la cote dans les médias. Mais dans le cœur des endeuillés, il symbolise l’apaisement, la réconciliation et les retrouvailles de jours précieux qui donnent le goût de continuer. Malgré la douleur. Pour le meilleur.

Surnommé le Missionnaire, votre démarche consiste à répandre du positif et à faire une petite différence dans la vie des gens. Est-ce que le chagrin des autres est un obstacle à votre mission?

Je ne dirais pas que c’est un obstacle, je dirais que c’est un accélérateur. Une inspiration. On a tous nos drames humains, petits ou grands, et je n’ai pas la prétention ni le pouvoir de changer ça. Par contre, on est tous capable en tant qu’être humain de semer un sourire ou une petite graine de bonheur.

Le chagrin des autres ne vous désarçonne pas?

Non. C’est plutôt le mien qui pourrait me désarçonner. C’est dans mes coups durs que je dois faire attention. Si le Missionnaire est né il y a 4 ans, c’est parce que j’avais le bonheur difficile. Comme plusieurs, j’ai beaucoup lu sur le bonheur. J’y ai appris qu’une bonne partie est héréditaire; de mémoire, on parle de 50 %. Si on ne peut rien changer à l’hérédité, il y a quand bien même une partie qui est un choix. Une décision d’être heureux. Donc, il y a 50 % des choses que je peux changer. Quand j’ai un blues, je ne sais pas trop si c’est de l’angoisse ou de l’anxiété, mais quand ça me revient, il faut que je me recentre pour ne pas être désarçonné. Je fais quelque chose que j’aime, un petit geste pour moi ou pour quelqu’un, et ça m’aide à remonter.

Comment parle-t-on de bonheur à quelqu’un qui a de la peine?

On cherche les moments précieux. On ramène la personne dans le tiroir des souvenirs heureux et on la laisse nous raconter. Une anecdote de 30 secondes finit souvent par durer tout un souper. Il y a les photos aussi. Les gens s’entendent pour dire que c’est la première chose qu’il faut sortir quand il y a un incendie, mais combien de fois on les regarde? Aujourd’hui, on est moins dans les photos papier, on est plus sur le téléphone. Pourtant, la richesse des albums de nos grands-parents mène souvent à de belles discussions.

Au moment du deuil, il est difficile d’envisager de futurs jours heureux. Comment amène-t-on l’espoir quand l’avenir nous apparait noir?

Effectivement, quand ma grand-mère est décédée, mon grand-père n’avait plus d’espoir. Il disait que ça ne valait plus la peine et ça nous inquiétait. Dans les premiers mois, ses filles ont été très présentes pour qu’il puisse garder le contact avec l’extérieur et prendre des marches. Nous sommes des êtres de nature et, dans la douleur, trop souvent nous restons à l’intérieur. C’est un défi d’être actif quand on traverse une des plus grandes épreuves de la vie. Mais en même temps, c’est important aussi de rester dans la réalité. D’accepter qu’il y aura des journées difficiles, d’intégrer les émotions. Quand la tristesse prend toute la place, ça ne sert à rien de vouloir l’effacer ou de se faire accroire qu’elle n’existe pas. Il ne faut pas perdre de vue que la fleur va finir par pousser au printemps et que le bonheur risque d’arriver par où on ne l’attend pas. Il faut donner du temps au temps. C’est cliché, je sais, mais les clichés comportent une part de vérité.

Par définition, la mort est quelque chose de triste. Peut-elle aussi être une source de bonheur?

Dire que c’est une source de bonheur, peut-être pas. Mais la mort peut être un beau moment. Un des moments les plus précieux de ma vie a été vécu au décès de la personne que j’aimais le plus au monde, ma grand-maman maternelle, la belle Thérèse. À l’automne 2014, j’apprends qu’elle entre à l’hôpital et qu’elle n’en sort pas. Notre intuition n’est pas très bonne. Finalement, on lui diagnostique un cancer agressif, tant et si bien qu’en trois semaines, c’était fini. Dans les derniers jours, elle était aux soins palliatifs, et je suis parti de Montréal pour aller la voir en Abitibi. À mon arrivée, elle était dans le coma. Pendant deux jours, je suis resté à ses côtés, littéralement assis sur son lit, avec d’autres membres de ma famille. On a ri, on a pleuré, on a bu du vin et on s’est raconté nos vies. Je crois qu’on a fait ce qu’elle aurait voulu qu’on fasse.

Le dimanche, vers l’heure du souper, l’infirmière est venue nous dire que c’était le temps d’appeler tout le monde pour les adieux. J’avais tenu la main de ma grand-mère toute la journée et je ne voulais pas que personne ne prenne ma place. Évidemment, lorsque mon grand-père est arrivé, je me suis tassé. Quand il a déposé un baiser sur les lèvres de l’amour de sa vie, ma grand-mère lui a rendu son bec alors qu’elle était dans le coma. Puis, elle s’est envolée tout de suite après. Imaginez, elle s’est envolée sur un baiser.

Au même moment, malgré le temps gris qu’il faisait dehors, un rayon de soleil est venu la toucher directement sur son cœur. Ça ne s’invente pas. Et comme si ce n’était pas assez, l’infirmière nous a invités à la rejoindre près de la porte patio pour voir un immense arc-en-ciel qui partait du sol jusqu’au ciel. Comme je suis un grand sensible, c’était trop pour moi. Je suis parti en courant et en pleurant vers la rivière Harricana, qui était juste derrière. Quand j’ai levé les yeux, le ciel était en feu. Seul et sanglotant, je me suis entendu dire : Moi, quand ma grand-mère monte au ciel, le feu pogne. C’était ça ma grand-mère.

Vous dites croire aux synchronicités, aux signes que peuvent laisser les êtres chers décédés. En avez-vous eu?

Non. Je n’ai pas eu de signe, mais je m’en suis créé. Chaque fois que je vois un arc-en-ciel, je dis : Allo grand-maman!

Avez-vous reçu un petit quelque chose en héritage?

Elle avait deux ou trois joncs, j’en ai reçu un. Je l’ai toujours sur moi, dans mon porte-clés. Quand j’en ai parlé sur Facebook, il y a une dame qui ne comprenait pas que ce souvenir précieux soit dans mon trousseau de clés. À son avis, il aurait dû être dans un coffre-fort. Si vous saviez comme je pense le contraire! Dans un coffre-fort, je ne le verrais pas et je finirais par l’oublier, alors que là, j’ai un peu de ma grand-mère toujours sur moi.

Y a-t-il une qualité qu’elle avait et que vous aimeriez faire perdurer?

Elle me faisait rire. Dans un party, elle n’avait pas besoin de boire pour s’amuser. Elle était drôle et de bonne humeur. Plus je vieillis, plus je réalise que c’est important pour moi de faire rire les gens. Pas comme un humoriste, mais en allégeant l’atmosphère quand la fatigue s’installe dans mon entourage. C’est très valorisant pour moi. Peut-être que ça me vient d’elle, je n’avais pas fait le rapprochement.

Avez-vous peur de la mort?

Non. La mort ne me fait pas peur. Vous allez me dire qu’à 37 ans, c’est facile à dire. Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas peur. Peut-être est-ce parce que j’ai la conviction que tout arrive à point nommé, au bon moment. Et même si j’avais peur, ça ne changerait pas grand-chose à la situation. Peut-être que je deviendrais plus prévoyant, que je ne profiterais pas autant de la vie. Et ça, c’est tout le contraire de moi.

Vous avez écrit un livre qui s’intitule Moments extraordinaires. Vous y parlez d’un voyage qui vous a permis de recueillir des confidences sur les moments précieux de ceux que vous croisiez. Que retenez-vous de cette expérience? Qu’est-ce qui vous a impressionné?

La première chose que j’ai envie de répondre, c’est que je me suis impressionné. Et j’espère que ça va être bien interprété. Même si je suis un assez grand voyageur, faire 17 régions du Québec en 17 semaines, c’est difficile. Je ne dormais jamais deux nuits au même endroit, j’étais toujours dans mes bagages. Toujours sur la route, dans l’incertitude, parce que n’avais pas de rendez-vous pris d’avance. C’est l’instinct qui me guidait. Ma question : Quel est le moment le plus extraordinaire de votre vie, je l’ai posée 500 fois. Peut-être que ça va être dur à croire, mais je suis timide. Je rougis à rien. Aborder quelqu’un que je ne connais pas, aller vers les autres, pour moi, ce n’est pas évident. Chaque fois, je devais respirer profondément avant de plonger. Ça a été très demandant. Et il ne faut pas croire que c’était plus facile vers la fin.

La deuxième chose qui vient presque à égalité, c’est la générosité des gens. Sur 500 personnes, 9 seulement ont refusé de répondre alors que je croyais qu’il y en aurait la moitié. Ça m’a vraiment chamboulé de voir tout ce monde prendre quelques minutes pour répondre à un inconnu qui fait un projet de livre.

Dans les réponses reçues, y a-t-il un témoignage qui vous a marqué?

J’ai eu tellement de rencontres que, lorsqu’on me pose cette question, je n’ai jamais la même réponse. Ça dépend de mon humeur du jour, et c’est ce que j’aime. La personne dont je vais vous parler aujourd’hui est un itinérant de Montréal. C’était près de la Place Ville-Marie. Je me suis assis par terre à côté de lui et j’ai osé lui poser ma question. Il m’a répondu : J’en ai pas. Ça a duré quelques secondes. La plupart des gens en ont trop. Mais lui, cet homme dans la soixantaine, il n’en avait pas. Ça m’a rentré dedans. Je ne crois pas à la chance. Par contre, j’aime beaucoup le mot privilège. Donc, quand j’ai eu cette réponse, je me suis dit que j’étais vraiment privilégié. Parce que des moments précieux, j’en ai pour les fins et les fous. Et même si on ne sait jamais de quoi demain sera fait, j’ai la quasi-certitude que j’en aurai d’autres.

Quel est l’ingrédient que vous avez le plus souvent retrouvé dans la définition du bonheur?

La réponse qui est revenue le plus souvent, c’est l’instant présent. Et moi, ça, je ne suis plus capable. Quel hameçon je mets sur ma canne à pêche pour l’attraper le moment présent? Il commence quand et il finit où? Personnellement, j’y ai beaucoup réfléchi et je suis venu à la conclusion qu’on vient à peu près tous au monde avec 5 chances d’être dans le moment présent, et c’est via nos 5 sens. Quand je suis dans mes sens, c’est ça pour moi le moment présent.

Pour quelqu’un qui n’a pas le bonheur facile, côtoyer celui des autres rend-il plus heureux?

En toute franchise, avant mon changement de cap il y a 4 ans, le bonheur des autres m’énervait pas mal. Je pense que c’était confrontant. Je m’étais éloigné de mon cœur d’enfant. Regardez un enfant, il est uniquement dans ses 5 sens. En vieillissant, je ne sais pas pourquoi, mais on s’en éloigne. Je crois beaucoup que l’humain peut changer. Moi, j’ai changé. J’ai accepté de reconnaître que j’étais un gars extrêmement susceptible et voyez, je suis capable maintenant d’autodérision. Avec le travail que j’ai fait sur moi, je peux dire aujourd’hui que le bonheur des autres peut être inspirant.

En tant que semeur de joie, on fait comment pour continuer le lendemain d’une fusillade?

Ça, c’était quelque chose. Je me dirigeais vers Québec quand il y a eu l’attentat à Orlando. C’est toute une ironie! J’allais dans une ville fortifiée où ma question serait mon boulet et ma bouche mon canon. Mais ce matin-là, avec ce qui venait de se passer, je me suis dit que ma job était importante. Pas plus qu’une autre, mais importante. Si cette fusillade m’avait émotivement touché, je risquais de rencontrer des gens qui le seraient aussi. Ça leur ferait du bien de se rappeler les moments précieux de leur vie.

En collaboration avec le magazine Véro, vous travaillez sur un projet qui s’intitule #365 jours de bonheur. Vous avez contacté une série d’entreprises et de réseaux qui ont accepté d’être partenaires pour une semaine. Pourquoi avez-vous approché les coopératives funéraires?

Les capsules que je fais ne sont pas toujours « hop la vie ». Au départ, je suis un gars de défi. Avec les coopératives funéraires, l’objectif était de trouver quelque chose d’inspirant lors de moments difficiles. Vous savez, le bonheur ce n’est pas juste un sourire dans le visage. Le bonheur inclut tous les états, et la tristesse en fait partie. Je m’explique. S’il faisait toujours soleil, on l’apprécierait moins, ce sont les jours gris qui lui donnent sa valeur. C’est pareil avec le bonheur.

Je sais, c’est difficile de voir du bonheur dans tout, alors parlons plutôt de beauté. Lorsque ma grand-mère est décédée, vous conviendrez qu’on a quand même touché à de très belles choses. C’est pareil quand les familles se réunissent pour les funérailles, il y a du beau là-dedans. Prendre conscience que la vie est trop courte et réaliser ses rêves sans attendre, il y a du beau là-dedans aussi. Avec le Missionnaire, on accole souvent le mot bonheur. De plus en plus, j’essaie d’y ajouter deux autres mots : inspiration et beauté.

Dans le cadre de la semaine consacrée à notre réseau, vous avez filmé un couple qui a perdu un fils pour illustrer notre programme Héritage (facebook.com/MissionnaireTV). Qu’est-ce qui vous a inspiré dans ce programme?

La vie. On ne peut jamais parler de la mort sans parler de la vie. Et vice-versa. Aujourd’hui, plus que jamais, dans le lot d’inquiétudes qui nous habitent, il y a cette prise de conscience de notre empreinte sur l’environnement. Les coopératives funéraires ont développé un concept où elles plantent des arbres par souci écologique et à la mémoire des personnes décédées. Je trouve ça génial, c’est du concret. Pour les familles endeuillées, c’est aussi un geste symbolique qui vient mettre un petit baume. C’est beau un arbre.

Quand le malheur viendra à nouveau frapper à votre porte, croyez-vous que votre démarche actuelle saura vous protéger du désespoir?

Elle ne me protègera pas, mais c’est sûr qu’elle m’a rendu plus fort par rapport à qui j’étais. Personne ne peut m’enlever le chemin que j’ai fait. Comme tout le monde, il m’arrive d’avoir des mauvaises journées, des journées que j’appelle blah. Dans ce temps-là, je vais m’entraîner, j’écoute une série que j’aime ou je vais voir des amis. Peu importe. Demain sera autre chose. L’idée n’est pas d’être dans le positif tout le temps. C’est dangereux même. L’important, c’est de se donner le droit d’être blah.

Il y a un courant en ce moment qui propose de célébrer les funérailles dans un esprit plus festif. Est-ce une approche qui vous rejoint?

Oui, je pense que ça pourrait me rejoindre. À mes funérailles, j’aimerais ça qu’il y ait des chansons que j’aime et que mes proches puissent se rappeler certains bons moments. Par contre, quand je dis que le côté festif m’interpelle, il ne s’agit pas ici d’être seulement dans le rire. Car ça, je n’y crois pas. Pas pour moi en tout cas. Comme je suis très émotif, je crois qu’il faut vivre les émotions liées au deuil, il faut que ça sorte. Et comme ce n’est jamais tout rose ou tout noir, des émotions variées peuvent s’exprimer. Le sourire et les larmes doivent pouvoir cohabiter.

Qu’aimeriez-vous retrouver sur votre épitaphe?

Sur ma page personnelle de Facebook, on m’a demandé d’inscrire une courte description me concernant. J’ai écrit : J’avais le bonheur difficile, ça s’améliore. Ça pourrait être ça. Il y a une certaine ironie de dire qu’on s’améliore quand on est mort, mais j’ose espérer que j’aurai été dans l’amélioration tout au long de ma vie.

Entrevue et texte : Maryse Dubé
Photo : François Lafrance
Publié dans la revue Profil - Automne 2018

Classé dans : Rencontres Publié par : Fédération des coopératives funéraires du Québec

Commentaires (1)

Je suis très touchée suite à la lecture de votre article. Il me fait beaucoup de bien. Permettez-moi de vous dire qu'au décès de mon père qui avait le cancer des os, par une journée triste d'automne, lors de son dernier souffle, le soleil est sorti des nuages, un rayon a passé à travers la fenêtre pour éclairer une peinture qui représentait la mer et un oiseau blanc qui s'envolait très haut dans le ciel. 18 ans plus tard, cette image me fait encore monter les larmes aux yeux. Un sentiment d'une paix profonde habite toujours mon coeur.

Je vous remercie beaucoup de votre beau témoignage.

Affectueusement

Viviane

Viviane Lapointe, 14 novembre 2018

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.