Les étapes du deuil

Le mot « deuil » est originaire du terme latin « doulos » qui signifie « douleur ». Qu’il dure 9 mois, comme le prétendent les uns, ou 2 ans comme affirment les autres, un deuil est toujours douloureux. Les émotions liées au deuil sont éprouvantes et demandent beaucoup d’énergie. Une personne en deuil devrait être indulgente envers elle-même, vivre un seul moment à la fois et se féliciter de son courage. À titre de repères, voici les étapes auxquelles sont exposées la plupart des personnes en deuil.

Le déni

Même lorsqu’il était prévisible, le décès d’un proche laisse dans un état de choc. L’émotion est brutale, comme un coup sur la tête qui nous assomme. C’est une réaction normale de protection qui empêche momentanément la douleur d’être ressentie. Il est bon de garder en tête que, pour bien vivre un deuil, on doit accepter d’y plonger et que cette phase n’est que la première étape d’une longue route.

La désorganisation

C’est l’étape du deuil où les émotions sont turbulentes et changent de direction : on éprouvera tantôt de l’ennui, tantôt de la colère ; à un moment de la tristesse à un autre du soulagement. Ces montagnes russes émotives ajoutent à l’état de confusion dans lequel se trouve la personne endeuillée. C’est l’étape du deuil la plus pénible à traverser.

La réorganisation

Lentement, les réactions énumérées plus haut diminuent en intensité et en fréquence. L’endeuillé entre dans une sorte de convalescence où la rechute est fréquente et où l’équilibre émotif est fragile. Les souvenirs qui jaillissent suscitent des émotions diverses et l’endeuillé pourra passer du rire aux larmes sans crier gare. L’endeuillé se réapproprie lentement sa vie. Une certaine culpabilité peut être ressentie face à ce détachement de la personne décédée.

La réappropriation de sa vie

L’endeuillé quitte lentement un monde fait d’émotions, ce qui le rend capable d’un certain recul sur son deuil. Il a alors la possibilité de faire un bilan. Il peut évaluer le chemin parcouru, ce qu’il a perdu, ce qu’il lui reste, de quelle façon il a grandi. Il réalise l’ampleur des forces exigées pour traverser ces étapes et son estime de soi s’en trouve renforcée. Il peut de nouveau créer des liens avec les vivants.

La transformation 

Les étapes du deuil permettent une longue quête intérieure. L’endeuillé y trouve des forces enfouies à l’intérieur de lui, des ressources inattendues. Il est prêt, à cette étape, à pardonner et à demander pardon au défunt pour les blessures qui ont pu marquer leur relation. Il est également en mesure de le remercier de tout ce que cette relation lui a apporté. Il peut enfin laisser partir le défunt.

Classé dans : Le deuil Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide

Commentaires (2)

Merci pour votre site. Je lis bien vos commentaires mais j'ai du mal à m'organiser dans mon quotidien. J'ai enterré mon épouse le 12 mars et j'ai accepté, à cause de sa maladie, la mort. J'essaie de voir la vie de façon positive et je me sens coupable. Trop tôt pour envisager la paix, sûrement?
,

Jean Guy Blanchette, 19 mars 2016

Bonjour, mon conjoint est décédé tragiquement il y a 3 ans. J'ai été dans le déni environ 1 an et je suis bloquée dans le désorganisation.

Céline Audette, 31 janvier 2021

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.